1.


Attendre la mort pour l'éternité
 

Partagez| .

La vie est belle que parce qu'elle est éphémère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 17/07/2016

MessageSujet: La vie est belle que parce qu'elle est éphémère. Dim 17 Juil - 22:53


Rhéa Diane De Valhor
"La vie est belle que parce qu'elle est éphémère."
 

Bonjour ou bonsoir, mes p'tits lapins sucrés. Mon nom à moi, c'est Rhéa Diane De Valhor ! Je suis née le 18 Décembre au XIII°siècle en Italie. Je suis un(e) jeune canard(e) de 800 ans, classe non ? Un petit secret pour la route ; je suis hétéro et présentement célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Ellen Sheidlin, en plus sexy. Parlant de sexyness, je fais partie du groupe vampire, et nous y sommes tous très sexys.



physique
Vrai, mon apparence laisse croire que je suis une enfant et je ne peux pas vous le reprocher. Je suis tout de même relativement petite et j'ai toujours mes joues rondes enfantines. Il m'arrive même de me parer de vêtements qui vous induisent en erreur. Mes yeux d'un bleu glacé savent également cacher ma véritable nature, bien que mon regard sera souvent froid et arrogant à votre égard. Il y a tant de choses qui pourront vous duper en moi, mais vous me verrez sans doute dans ma meilleure facette lors d'occasions qui me semblent suffisamment appropriées. Mes cheveux se trouveront très lunatiques et sauront se coiffer de manière élégante et noble sans jamais tomber dans le ridicule. Et alors, je serais vêtu de mes plus belles et de mes plus anciennes robes. Je ne suis pas n'importe qui, après tout.
caractère
En ce qui concerne mes goûts ou mes opinions, ils peuvent changer du jour au lendemain, sans raison particulière. Ou peut-être que cela dépend de la personne que j'ai en ace de moi… oui. Je suis d'une nature très observatrice et généralement calme, mais il suffit que l'on me dise quelque chose qui puisse me contrarier pour que mon ton et ma colère grandissent soudainement ; et c'est sans doute là ma plus grande faiblesse. Je choisis toujours soigneusement mes mots, en mesurant leur poids, avant de les prononcer : alors ne prenez pas à la légère ce que je vous dis. De plus, je suis une personne très respectable qui malgré les années qui ont passé et la culture qui a « évolué », j'ai su garder le sens des manières. Je sais comment parler aux gens, que ce soit une personne du bas peuple ou une personne aussi noble que moi. En revanche, j'exige tout naturellement qu'un aussi bon langage que le mien me soit adressé. Aussi, si vous ne voulez pas me froisser, ne me touchez pas si je ne vous en ai pas donné l'autorisation ! C'est vraiment déplaisant.

on ne change pas le passé
La puissance de l’Église était à son apogée, la peur grandissait aux creux des entrailles de chaque être... Que ce soit chez de sombres créatures, ou de simples paysans. Du jour au lendemain, ils pouvaient être brûlés vif pour sorcellerie. Dans cette sombre époque, où la faim et l'angoisse guidaient les esprits, une créature des enfers pouvait voir son règne tourner court. Le mal était partout et les êtres de la lumière, trop craintifs pour la plupart, s'étaient retirés dans des endroits isolés donnant alors naissance à de multiples légendes.


L'an 1200. Une enfant était née au milieu de cet univers terrifiant. Elle avait une peau tellement blanche qu'à sa naissance, ses parents étaient sûrs qu'elle ne passerait pas une saison. Ils avaient tord. Cette enfant, en apparence si faible, était en réalité aussi robuste qu'un jeune homme de bonne famille. Aucun mal ne l'emporta. Mais s'ils avaient su... Le mal était né en elle, la sorcière en était persuadée. Qui l'aurait cru ? Ce petit garnement était la fierté du vieux couple, tous pensaient comme eux, elle était un rayon de soleil. Elle était dotée d'une joie de vie sans égal. Dans ce petit village décimé par la peste, où tous les enfants avaient été emportés, elle était né un être envoyé par les fées. Elle était la lumière de ces paysans, mais très vite, les choses changèrent. La sorcière avait obtenu raison, cette être insouciant n'était qu'un leurre, le diable y était né et elle allait tous les emmener dans les profondeurs. Quelle autre explication pouvait-il y avoir ? Une peau trop blanche malgré une exposition au soleil, maigrichonne et de petite taille, aucun être n'aurait pu survivre aux dures famines qu'apportait l'hiver avec lui. La peur changeait les esprits, et cette enfant du nom de Diane en fut la victime. Rejetée de tous, puis abandonnée par ses parents, elle se retrouva démunie de tout et elle erra tel un fantôme sans but.
Néanmoins, elle finit par trouver refuge chez un duc. Il l'éleva comme sa propre fille dans son énorme donjon, il lui apprit tout ce qu'une demoiselle devait savoir. Vêtue de belles robes et de bijoux de grandes valeurs, elle n'était plus une paysanne orpheline, elle était un magnifique brin de fille riche et puissante. L'insouciance enfantine avait laissé place à de l'arrogance, et son
cœur autrefois bon ne l'était plus que pour son duc. Sa colère envers ceux qui l'avaient abandonnée attendait patiemment le moment venu pour pouvoir s'abattre sur eux tel un feu ardent détruisant tout sur son passage. 
Seulement son destin en décida autrement, lors de son quinzième anniversaire, alors qu'une magnifique réception avait lieu, un beau et élégant jeune homme fit son entrée. Il était divin, et l'enfant ne pouvait s'empêcher de voir en lui quelque chose d'attirant. Cependant cette homme n'était rien d'autre qu'une créature assoiffée de sang et il avait devant lui toute une assemblée de petits humains pour la plupart ivres. La créature les tua tous, des hurlements retentirent de partout, le sang giclait sur les murs sous les yeux ébahis de la gamine. Lorsque cet être lâcha sa dernière victime qui tomba dans un bruit sourd dans la pile de cadavre, il leva les yeux. Le meilleur pour la fin... Il s'empara de la demoiselle.

Mais l'impensable arriva... Les ténèbres étaient installés dans l'imposant château, une odeur nauséabonde régnait dans la salle de réception, et parmi les cadavres, un corps se souleva doucement avec difficulté. Que s'était-il passé ? Elle porta sa main à son cou, il n'y avait là plus de traces de blessures mais sa robe était imbibée de son sang... Du sang... Elle se lécha les babines. Oh Dieu ! Elle ferma les yeux, son corps retomba sur les marches, ce n'était pas possible... Elle était morte, elle le sentait. Le mal qui régnait depuis toujours en elle, en étant la raison. Jamais cela n'aurait dû se produire, cette transformation n'aurait jamais dû être possible, elle n'apprit ça seulement que bien longtemps après. 

Rhéa Diane de Valhor, une grande duchesse, pleura la mort de son duc pendant des années. Une instabilité qui logeait en elle depuis toujours poussa son sadisme jusqu'au pire torture qu'elle infligea à ceux l'ayant abandonnée, elle fit tuer même la créature coupable de son malheur. Son règne débutait, elle fit ressentir à chacun ce qu'elle avait pu ressentir, détruisant ainsi des familles entières sans remords. Son nom resterait gravé à jamais et nul ne pourrait l'abattre. C'était ce mal, cette folie, qu'avait vu la sorcière alors qu'elle n'était qu'un nouveau né.
Le temps eut raison d'elle, son règne s'assouplit, sa colère retomba. Contre toute attente, elle ne se fit pas manger par plus fort qu'elle, elle était au-dessus de tous... Elle attisait la curiosité, une créature immortelle qui ne vieillissait pas, et si jeune... Elle était un vampire, pas de doute là-dessus, tous l'avaient compris, mais en elle quelque chose était différent. Quelque chose qui imposait le respect. La grande duchesse était respecté et sa terre était devenue un lieu prospère où la paix existait pour tout être.
Diane, la meurtrière devint, Rhéa Diane de Valhor, la brillante.

Maintenant cette créature toujours autant respectée découvre le monde. Sa folie, contrôlée par sa seule sagesse, n'est plus qu'éphémère. Car Rhéa a dû se faire de plus en plus discrète pour se faire oublier avec le temps et l'évolution du monde. Et aujourd'hui elle est de retour et compte bien faire une halte à Rome et profiter de sa population d'humain fragile et éphémère.



derrière l'écran
Je m'appelle Kelly et je vais faire 19 ans ( le 28 juillet, m'oubliez pas ! :* ). Je suis quelqu'un d'assez actif et présente, cependant c'est la première fois que je joue à un RPG sur forum alors j'espère que tout va bien se passer ici !



fiche by Anthemis.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Localisation : Au Manoir

MessageSujet: Re: La vie est belle que parce qu'elle est éphémère. Dim 17 Juil - 23:09

Bienvenue sur Shadowglen Invité
Bravo, tu viens de réussir l'épreuve terrible de la fiche de présentation. Tu es désormais validé. Une très belle fiche que voila. L'originalité du personnage est bien présente et c'est agréable. Aussi je ne puis rester sourd à une si belle fiche que la tienne. Tu rejoins donc l'aventure parmis-nous. N'oublie pas de faire ta demande de liens ainsi que de rp si tu as besoin de voir comment faire. N'hésite pas tu sais où me trouver. En tout cas hâte de rp avec toi Very Happy

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED##
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas

La vie est belle que parce qu'elle est éphémère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jury Elle Quebec 2011
» La plus belle personne de ma vie *o*
» [Macema] Pour que CS est un belle PA !
» > La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même
» Thème Belle Réveuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowglenn :: Le sang appelle la mort ! :: Le vent murmure ton nom-